De Sanilhac à Brison par les voies antiques

De Sanilhac à Brison par les voies antiques

PLAN DE CASSINI DE 1750


plan-de-cassini-brison.jpg

Tour de Brison - Rivière Roubrau

Village de Brison - Ruisseau Pissevieille

Comme on peut le voir, aucune route ne permet d'accéder à Brison, pas plus qu'à Sanilhac, des sentiers muletiers existaient forcément et des calades également.

Les ruisseaux sont signalés dans certains cas, sur les bords desquels nous trouvons des sentiers dont certains existaient déjà au néolothique, comme c'est le cas pour celui du Fez ou de Pargues. Pour Brison village, seul le Pissevieille est signalé.

 

 

PLAN NAPOLEONIEN

 plan-napoleonien-brison.jpg

Le Napoléonien de 1833, aucun des deux calvaires n'est signalé.

Sur le rénové de 1948, idem

Un sentier bien tracé (en jaune 1) permettant d'accéder au village de Brison, du village à la tour, rien n'apparaît sur le plan alors que le sentier caladé existait déjà.

Le Pissevieille est relevé (en bleu 3)

Le ruisseau de Brison aussi (en bleu 4)

Le ruisseau de Pargues (en bleu 5) est tracé, sur l'IGN, il commence comme Rau des Taillades, puis se jette dans le ruisseau de Pargues après le hameau du Greil. Le Pargues prend sa source au-dessus du Greil, mais il est aujourd'hui capté, seul le trop plein du réservoir le nourrit. La calade signalée sur le plan Napoléonien n'existe plus. Un sentier plus conséquent le remplace. Un fossé où a dû couler un ruisseau est encore visible dans le bois.

Le plan IGN agrandi vous permettra de comparer le tracé de 1833 avec ce qui existe aujourd'hui.

Les numéros vous renvoyant aux photos se trouvant sur le site. Paysages d'automne, elles ont été prises le 30 novembre 2011. Belles photos, mais sans odeur, et c'est ce qui vous manquera le plus, les parfums de la nature!!

 

EN AVANT PROPOS

Lorsque j'écris un livre, j'ai pour habitude de faire des recherches dans les archives, les ouvrages, mais le plus important reste pour moi, le terrain. Ce qui quelquefois réserve de belles surprises. En effet, bien des auteurs n'ont jamais mis les pieds dans les lieux qu'ils décrivent. Car de la page d'écriture au terrain où vous vous trouvez, il y a quelquefois peu de ressemblance. Pour ce qui est de mon livre sur l'Ardèche, j'ai lu avec la plus grande attention:" Voyage autour de Valgorge de Albin Mazon". Ce Monsieur fait référence d'historien pour bien des auteurs. Ce qui m'intéresse dans ses écrits, c'est que Albin a parcouru les lieux qu'il décrit. Si côté historien, il est à prendre avec prudence, il raconte quelquefois avec humour l'Ardèche qu'il parcourt. Né le 24 octobre 1828 à Largentière en Ardèche,  il est mort en 1908, enterré à Privas. C'est en 1890, à l'heure de la retraite, qu'il se consacre complètement à l'histoire de son pays ardéchois. Il publie ses ouvrages sous le pseudonyme du Docteur Francus, comme celui nommé plus avant, qui le fut en 1879, imprimerie Roure à Privas. Ce qui est incroyable, c'est de se dire que dans l'Ardèche du XIXème siècle, les "routes" ou du moins ce que l'on nomme ainsi, étaient pratiquement inexistantes. Ce qui servira les maquisards par la suite. Chemins muletiers, sentiers empierrés que l'on nomme ici calade. La désertification de l'Ardèche du siècle passé a laissé toute liberté à Dame Nature, qui s'est empressée de reprendre ce qui lui appartenait, protégeant ainsi les traces des temps anciens et les sauvegardant. Mais pour combien de temps encore?? Sur le Plan de Cassini, pas de chemin indiqué pour Brison, seuls les ruisseaux le sont. Plan Napoléonien de 1833, les voies sont tracées. Je pense que Mazon a pris le sentier qui part face au Ranc, car c'est le plus logique d'après sa description. De toute façon, celui-ci existait à son époque et bien que quelques modifications ont pu être apportées depuis, sur le début de celui-ci, son tracé reste le même depuis que l'Albin l'a parcouru.    

 

PLAN IGN

ign-de-sanilhac-a-tour-de-brison.jpg

Les numéros portés sur le plan IGN modifié qui se trouve au tout début du reportage corresponde à la situation sur le terrain, des photos accompagnent le commentaire.

  • La croix de Ranc située sur le bord de la route qui va de Sanilhac à Vernon. Sur la base de celle-ci, on a gravé une date, aujourd'hui en partie effacée, malgré
    tout on distingue bien les deux premiers chiffres, elle date du XIX ème siècle. Possible que ce soit après 1833, date du plan Napoléonien. N°1 . Dans le petit courrier de la Révolution à Sanilhac: "Le 16 01 1794, toutes les croix furent abattues. Le 24 l'église fut fermée et dépouillée. Le 10 avril 1795, le prieur revient. Le 3 mai l'église fut solennellement rendue au culte." A. Mazon
  • chemins-antique-mazon-018.jpg chemins-antique-mazon-019.jpg
  • Chemin antique, départ du petit parking aux poubelles.chemins-antiques-de-mazon-003.jpg     chemins-antique-mazon-021.jpgLe chemin de l'époque du plan Napoléonien et de Mazon, se trouve sur votre droite. Il longeait le mur encore visible. N° 2 
  • Sur la première partie le sentier est balisé en jaune et blanc, chemins-antiques-de-mazon-005.jpgcomme tous les chemins de rando de l'Ardèche. N°3 
  • chemins-antiques-de-mazon-006.jpg      chemins-antiques-de-mazon-012.jpg
  • Chemin qui fut élargi depuis l'époque de Mazon, pour que puissent circuler nos véhicules modernes, mais qui reprend bien l'esprit de ce qu'il a écrit: " La route est très gaie, quand le temps est clair. On chemine sur le sable, entre les vignes et les châtaigniers." Ici, le sable a été damé par des véhicules à moteur qui passent pour se rendre dans les vignes ou en forêt, mais il est bien là, sous nos pieds. N°4 
  • Prendre sur votre gauche pour Brison. N° 5 chemins-antiques-de-mazon-013.jpg        chemins-antiques-de-mazon-014.jpg   
  • chemins-antique-mazon-041.jpg         chemins-antique-mazon-043.jpg         chemins-antique-mazon-044.jpg
  • Vous allez enjamber sans le voir, le ruisseau de Pissevieille, trois gouttes qui coulent par çi, trois gouttes par là. Petit ruisseau deviendra grosse rivière. Si peu au départ, et finir par avoir un débit, jusqu'à remplir un trou suffisamment grand où l'on peut se baigner, allant jusqu'à nous faire une chute d'eau des plus sympathique. N°6 
  • chemins-antiques-de-mazon-016.jpgAu milieu de nul part, une croix. Preuve probable que nous nous trouvons sur un chemin qui fut plus important et parcouru en d'autres temps, pas si éloigné de nous. Mais pourquoi en ce lieu? Son premier rôle est de christianiser un lieu. La croix de chemin témoigne avant tout de la présence de l'église et de la protection de Dieu. Nous sommes dans une région où les protestants furent très nombreux et actifs. Et si l'on en croit les écrits de Duroure ou Mazon, ils causèrent bien des soucis aux catholiques de la région, qui ne se génèrent pas pour leur rendre la monnaie de leur pièce. Ici, nul intention de christianiser un ancien lieu païen, mais plutôt de marquer par sa présence, la proximité d'un village et la croisée d'un chemin. Les carrefours ont de tous temps été sujets à un intérêt particulier. Ils sont sujets de peur, liés à l'égarement. La croix deviendra alors symbole de protection, de vie à proximité, comme le ferait aujourd'hui un panneau indicateur. Elle est lieu de pélerinage, de recueillement. Les croix furent en des temps pas si éloignés, lieux de rogations, fêtes liturgiques aujourd'hui oubliées, mais très importantes en milieu rural. Curé en tête des villageois, on venait au pied de la croix en procession, prier et bénir les champs pour les protéger. Au XXème siècle, lors de grandes sècheresses, cela se pratiquait encore en Ardèche. Les vignes et bien des cultures avaient droit à ces prières pour but de protéger et garantir une bonne récolte. C'est pourquoi on disposait aux endroits statégiques, sur le bord des chemins, mais surtout à proximité des cultures importantes. La croix peut être également posée là pour servir de borne, marquant ainsi l'entrée et la sortie d'un village ou de ce qui deviendra plus tard, une commune, du moins en terrain catholique. Certaines furent édifiées pour garder la mémoire liée à une ou des morts violentes ou non. Marquer la croisée d'un chemin, reportez-vous au plan IGN modifié par mes soins au N°7 et vous constaterez que cette croix se trouvait bien à une croisée de chemins qui aujourd'hui n'existent plus. J'ai cherché et je n'ai rien trouvé. Sur le plan Napoléonien de 1833 et le rénové de 1948, rien n'est indiqué, ce qui ne veut pas dire qu'il n'existait pas un petit sentier au milieu des cultures que les autochtones empruntaient et entretenaient. Ces gens disparus, le chemin en a fait tout autant. En zoomant sur la photo, juste en dessous des trois branches, une date est gravée 1854, ce qui explique son absence sur les plans anciens. En faisant cela, vous constaterez l'absence de représentation du Christ, on y trouve un arbre qui représente la partie végétale et un soleil, et de chaque côté une étoile à cinq branches, étrange symbole. L'absence du Christ en fait une croix et non pas un calvaire.
  • chemins-antiques-de-mazon-017.jpg      chemins-antiques-de-mazon-018.jpg    J'écris plus avant que souvent les croix de chemins sont des lieux de dévotions, de prières, de demandes à son Dieu ou à ses sous-fifres les Saints! Alors, si vous observez bien les photos de la croix, vous constaterez que sur le socle de celle-ci des pierres y sont déposées. Simples cailloux? Ou ex-voto? Petit tas de pierres amassées par des enfants par jeu?? Ou pierres déposées là par des pèlerins, ou bien encore par des personnes ayant connaissance d'un rituel se rattachant à la croix ou encore du lieu et de son passé? Rituel païen dirait Monsieur le curé, venu du fond des âges, qui vaut bien celui d'un cierge que l'on fait brûler devant son Saint préféré, accompagnant la demande de grâce faite à celui-ci, l'un est rejeté et l'autre accepté. Ainsi va la vie. Ce qui me fait penser à des ex-voto, c'est en observant les pierres, elles ne sont pas toutes identiques quant à leur origine minérale géologique. Zoomer et observer, certaines pierres viennent d'ailleurs que du lieu où nous nous trouvons. SVP s'il vous arrive de passer devant cette croix, respecter ce lieu, n'enlevez pas les pierres. Jeux d'enfants ou croyance, que nous importe, on appelle cela la tolérance. Merci d'avance. N° 7  
  • chemins-antiques-de-mazon-021.jpg  Vous allez franchir le Ruisseau de Brison,chemins-antiques-de-mazon-022.jpgbien plus énergique et en eau que celui de Pissevieille à cet endroit, vous passez sur un pont de pierres qui a bien vécu, et pour qu'il continue à bien faire son office de pont, on lui a fait quelques apports de béton, pas beaux, mais efficaces! N°8
  • chemins-antiques-de-mazon-023.jpg Le pont franchi, sur votre gauche le Mont Brison, avec sur sa crête, tout là-haut, la Tour de Brison, à ses côtés le réémetteur de TV, le passé côtoie le présent. Tour de gué, elle fut pour aviser les habitants d'éventuels dangers, tour de gué, elle reste. Seuls les contenus de l'information ont changé. Le fond reste le même, la forme est différente. Des bâtiments sont visibles, il s'agit du village de Brison, à vos pieds, la vigne est toujours là. L'Albin en serait sûrement heureux. Au moins quelque chose qui n'a pas changé, si ce n'est le cépage. N°9 
  • chemins-antiques-de-mazon-024.jpg      chemins-antiques-de-mazon-025.jpgVous allez suivre maintenant le GR de pays, rouge et jaune. N°10

 

  • Vous êtes arrivé au lieu de rendez-vous des chasseurs. Je parcours la France profonde depuis des années, quelque soit la région, ces gens là savent vivre. A chaque lieu fixe de rendez-vous de chasse, est prévu un barbecue, tables, bancs et bien souvent de quoi dormir. Le tout en pleine nature. Elle est pas belle la vie !! C'est volontairement que je n'ai pas d'image de ce lieu.
  • chemins-antiques-de-mazon-026.jpgA main droite des chasseurs, face à vous le sentier. Vous irez en direction des ruines de Chambon, prenez à main gauche, un champ! Traversez-le. N°11
  • La calade,chemins-antiques-de-mazon-027.jpg qu'elle a du être belle! chemins-antiques-de-mazon-028.jpgQue de douleurs (dos) et de sueurs,chemins-antiques-de-mazon-029.jpg elle a dû demander et quelle chemins-antiques-de-mazon-030.jpg     tristesse de la voir dans cet état d'abandon. N°12chemins-antiques-de-mazon-031.jpg     chemins-antiques-de-mazon-033.jpg   chemins-antiques-de-mazon-032.jpg

  • chemins-antiques-de-mazon-035.jpg On débouche dans le hameau de  chemins-antiques-de-mazon-036.jpgBrison. N°13

 

  • chemins-antiques-de-mazon-039.jpgOn continue après avoir dépasser l'antique source, chemins-antiques-de-mazon-037.jpgici le mulet de Mazon a pu s'abreuver,chemins-antiques-de-mazon-038.jpg difficile de le faire de nos jours. Bien que l'on distingue parfaitement le trou par où l'eau arrivait, plus une seule goutte ne passe par là. Admirez au passage le travail de maçonnerie et de taille de la pierre. Nous avons là encore du bel ouvrage. N°14
  • chemins-antiques-de-mazon-040.jpgAu passage vous remarquerez les datations portées chemins-antiques-de-mazon-043.jpgsur les pierres des maisons bordant la route: 1727. N°15

 

  • chemins-antiques-de-mazon-150.jpgPas besoin d'aller bien loin chercher la carrière chemins-antiques-de-mazon-147.jpgd'où sont sorties ces pierres. Les ruines du château de Brison sont proches, dissimulées par la nature. N°16 chemins-antiques-de-mazon-152.jpg            chemins-antiques-de-mazon-149.jpg
  • chemins-antiques-de-mazon-046.jpgOn repart suivant le sentier devenu voie goudronnée, nous menantchemins-antiques-de-mazon-050.jpg au petit groupe de maisons de Brison. N°17. Passez ce petit groupe de belles maisons de pierres, quittez le goudron pour un sentier de terre. N° 18
  • On franchit le ruisseau chemins-antiques-de-mazon-049.jpgde Brison, à peine un filet d'eau,chemins-antiques-de-mazon-048.jpg capté pour arroser le jardin. N°19
  • chemins-antiques-de-mazon-052.jpgL'antique voie est là, face à nous, qui n'en finira pas de grimper et ce, jusqu'à la Tour de Brison. N°20 
  • Seul le poète peut trouverchemins-antiques-de-mazon-057.jpg les feuilles mortes sympathiqueschemins-antiques-de-mazon-055.jpg, pour nous,chemins-antiques-de-mazon-056.jpg elles sont glissantes et sournoises, dissimulant des pièges sous forme de trous où l'on se tordra les chevilles, ou des pierres qui nous ferons chuter (imbécile le poète, na!). N°21
  • chemins-antiques-de-mazon-060.jpgLa côte est rude, trèss rude.chemins-antiques-de-mazon-062.jpg Alors, imaginez-vous, chemins-antiques-de-mazon-064.jpgune chaise à porteurs avec assis, bien calé confortablement, une dame se rendant au château! Après on s'étonnera qu'il puisse y avoir des révolutions. N°22. Il est bien évident qu'au XII ème siècle le chemin devait être en meilleur état, du point de vue empierrement. Mais la côte était la même. Du temps de Mazon également. Il est vrai que son mulet faisait chemins-antiques-de-mazon-065.jpgmoins chemins-antiques-de-mazon-070.jpgde dégâts que les chemins-antiques-de-mazon-071.jpgcinq motos chemins-antiques-de-mazon-073.jpgque j'y ai rencontré, dans le sens descente. Des pseudos amateurs de nature, écoeurant!     

 

  • chemins-antiques-de-mazon-082.jpgDans son ouvrage, Mazon nous parle du paradis des petits lapins,chemins-antiques-de-mazon-083.jpg en parlant de la présence de très grands genêts. Je les ai trouvé sur le haut, véritables arbustes, impressionnants. N°23
  • chemins-antiques-de-mazon-099.jpgL'époque moderne a tracé et bâti une route, elle est départementale et privée. chemins-antiques-de-mazon-100.jpg
  • Le panneau se trouve au Hameau de Brison. Elle date de 1952. N°24
  • chemins-antiques-de-mazon-109.jpgLe sentier continu,chemins-antiques-de-mazon-111.jpg chemin antique chemins-antiques-de-mazon-113.jpgen bien mauvais état, que le temps qui passe et les imbéciles qui roulent, n'arrange pas! Il s'élève, en grimpant rudement vers le haut de Brison, les derniers mètres sont particulièrement pentus. N°25

 

tour-de-brison-005.jpg

  • Content d'arriver, comme a dû l'être avant nous, le mulet de Mazon, les porteurs de chaise, ou les chevaux sur lesquels les chevaliers ou les seigneurs étaient juchés. Vous êtes au pied de la forteresse où 1000 ans d'histoire vous attendent. Ici le monde moderne côtoie l'antique . N°26








http://www.51ffer.com