Créer un site internet

Légende de Brison

Le sire de Brison avait pris femme et ne pensait plus à la guerre. Mais un jour le roi Saint Louis eut recours à son dévouement. Brison ne barguigna pas. Tout bardé de fer, il descendit vers Aigues-Mortes, sur les bords de la mer bleue. Il y trouva les croisés, monseigneur le Roi, la noblesse du pays, et s'embarqua. Pris par les païens au milieu d'une bataille, il resta sept ans enfermé dans une prison.

Au bout de sept ans, fatiguée d'attendre, sa femme Alix de Nojaret, croyant que Brison était mort, accepta la main d'un chevalier du voisinage, Folquet de Beaumont, le galant troubadour.

Sous l'apparence d'un ange noir, muni de larges ailes, le diable apparut au sire de Brison, et lui dit:

- Brison, ta femme se marie. On signe le contrat ce soir.

- Eh bien! répondit Brison résigné; que veux-tu que j'y fasse? Je suis dans un cachot de Palestine, à mille lieues du Vivarais.

- Oui, mais tu peux être à Brison avant l'heure fatale et empêcher ta femme de se donner à un autre.

- Tu me délivrerais de prison, et tu me porterais dans mon château, ce jourd'hui même?

- Foi de Satan!

- Et que réclames-tu pour un office pareil ?

- Ton âme.

- C'est trop cher. Je n'accepte pas.

- A ton aise !... Tu mourras dans ce cachot, et la dame de Brison, la belle Alix de Nojeret, sera la femme de Folquet de Beaumont, de ce Folquet plus jeune que toi et dont les vers d'amour lui troublent la cervelle.

- Tu crois qu'ils s'aiment ?

- Tellement, que Folquet a fait pour ta femme ce que jamais tu n'aurais fait toi-même.

- Et quoi donc ?

- Alix a demandé à Folquet de s'arracher l'ongle du petit doigt pour l'amour d'elle.

- Et Folquet a commis cette sottise ?

- A preuve, qu'Alix de Nojaret, dame de Brison, porte au cou, enchassé dans un petit reliquaire d'or, l'ongle saignant de Folquet de Beaumont.

Brison furieux secoua ses chaînes.

- Démon, rugit-il, n'ajoute plus rien. J'accepte, mais à une condition: je te donnerai mon âme si le mariage de ma femme avec Folquet n'a pas lieu. Sinon, tu n'auras que les restes de mon souper.

Le Diable réfléchit un instant. Puis, il reprit avec un joyeux ricanement :

- C'est convenu. Comment dois-je te porter ? Sur branches ou sous branches ?

- Sur branches, jour de Dieu !

Satan rompit aussitôt les fers de Brison, le plaça sur ses ailes, démolit les murs du cachot et s'envola.

En traversant la mer, le Diable dit à Brison :

- Fais le signe de la croix.

Brison répliqua d'un ton impérieux :

- Ange déchu, file toujours. Je ne suis pas un nigaud.

A la vesprée, Satan déposait Brison devant son château, sur les flancs mêmes de la montagne où se dressait la grande tour solitaire, battue des quatre vents.

Chevaliers et pages, dames et demoiselles dansaient la bourrée sous les arcs de triomphe, au fond de la cour d'honneur. Brison souleva trois fois le heurtoir du portail. On lui ouvrit ; mais il était si  mal accoutré, sa barbe tombait si longue, et sa figure paraissait à ce point souffreteuse, qu'Alix de Nojeret ne reconnut pas ou ne voulut pas reconnaître son seigneur et mari. Le Croisé montra la moitié de l'anneau dont sa femme possédait l'autre: Alix, indifférente, détourna la tête dédaigneusement. Un vieux lévrier, aboyant de plaisir, accablait son maître de caresses: tout fut inutile. Les valets reçurent  ordre d'expulser l'importun.

Brison rejoignit le Diable, resté sur le pont-levis:

- Roi des Enfers, lui cria-t'il, tu m'as trompé. Ma femme me chasse. Mieux vallait mourir  sous les verrous sarrazins. Montons à ma tour, je te donnerai ta récompense.

Au pied du donjon, un archer, revenu de la croisade sain et sauf, veillait.

- Taranget, lui dit le sire morfondu, je suis ton maître et nous venons souper ici, ce gai compagnon et moi. Qu'y a-t-il à manger, ce soir, dans la tour de Brison ?

- Des noix, messire, des noix et des noisettes, dans une écuelle en bois, sur une table du deuxième étage.

- C'est tout ce qu'il faut.

Brison et le Diable enjambent les escaliers.

L'un allume une veilleuse, l'autre le regarde faire.

L'un s'assied, l'autre reste droit.

L'un mange, l'autre réfléchit.

Quand noix et noisettes furent avalées, Brison ramassa les coquilles avec soin, et les tendit à Satan :

- Tiens ! Voilà ce que je t'avais promis. Le service que tu m'as rendu ne mérite pas autre chose.

Satan désapointé dit à son hôte :

- Je ne m'en irai point par où je suis venu. Comment désires-tu que je sorte : par eau, par vent ou par feu ?

- Par vent ! murmura Brison, un peu inquiet.

Soudainement, une tempête effroyable éclata; dans l'angle méridional du donjon une brèche verticale s'ouvrit, et, par ce trou que l'on ne put ensuite reboucher, Satan sortit, laissant derrière lui, comme preuve de sa présence, une insuportable odeur de soufre.

Le lendemain, à l'aube du jour, Brison émigrait en Auvergne. Il se fit moine dans la célèbre abbaye de la Chaise-Dieu.

 

La légende ajoute que chaque année, au coup de minuit du 31 décembre, le Diable emporte un morceau de la vieille tour.

Lorsque les pierres auront toutes disparu, ce sera la fin du monde....

Auteur Firmin de Boissin extrait de son livre Jan de la Lune 

 

     Perchée à 781 mètres d'altitude, majestueuse, elle nous contemple!

  Tour de vigie, elle protégeait les habitants des vallées, les avertissants des invasions  possibles d'individus hostiles. Aujourd'hui, c'est d'un   prédateur particulièrement dangereux et sournois, qu'elle protège les vallées et les sommets environnants. Le feu ! Les pompiers ont remplacés les soldats. Les archers du Roi sont devenus soldats du feu. Noble cause s'il en est.

Mais il n'en fut pas toujours ainsi pour cette tour.

Le document vous montre dans quel état elle se trouvait en 1989. Faut dire qu'elle avait un redoutable ennemi, un teigneux de première ! Le Diable en personne !

Le soir, à la veillée, on raconte encore la légende de la tour de Brison.

Tour de Brison 

Tour de Brison aujourd'hui Mais en 1989, une poignée d'individus décidèrent d'affronter le Diable. Ils créerent une association qu'après bien des combats administratifs et financiers firent la nique au Diable. Merci à eux ! Car à quelques pierres près, s'en était fini de nous ! On a eut chaud aux fesses les amis !     

    

 Vue de la tour en ajoutant 10 mètres

                                                    

        

                                                                                 

     Vue d'en-dessous de la tour                                                                                      

                                                                                                                                                                                                                     

        

×