Créer un site internet

Dolmen de Montréal

Le dolmen de Montréal

MONTREAL 

vue d'ensemble village de Montréal 

Le Village

Le dolmen 

vue d'ensemble du dolmenLa vue d'ensemble du dolmen nous montre celui-ci, posé sur un terrain pentu. (20 mètres de dénivelé sur 50 mètres ) 

         plan-ign-montreal.jpg  Plan IGN

 

les blocs de pierres Vue générale sur les blocs.    blocs de pierre    blocs de pierre

Rien de naturel pour les blocs, ils furent, c'est incontestable, placés là par l'homme pour contrer la pente.

Bassin creusé par l'homme       bassin   bassin

 Le siège taillé par l'homme  le siège     siège taillé

La géobiologie va nous aider à confirmer que nous avons bien affaire à un véritable dolmen, procédé inconnu ou rejeté par les archéologues. (Ce dont je me contrefout éperduement, grand bien leur fasse!!) En effet un dolmen ou un menhir n'est jamais placé au hasard. Il lui faut pour "exister", le placer sur un point d'énergie précis (voir chapitre : le temps n'existe plus).

courant d'eauIl lui faut de l'eau, en bleu sur les photos.

Comme vous pouvez le constater une rivière souterraine est bien présente.

Celle-ci se divise en deux bras et s'écoule de part et d'autre de notre pierre.

 

 

les faillesIl lui faut une ou plusieurs failles, en rouge sur les photos. Il en existe plusieurs, deux sont visibles sur les photos.

Il lui faut également un ou plusieurs réseaux solaire (sacré), en jaune sur les photos. Il en existe trois, ils se croisent à l'applomb du bassin, recouvert d'épines de  pins, visible sous les bois jaune.

Les réseaux solaire sont : Nord-Sud, 0,40 m de large; Est-Ouest, 0,54 m de large; Nord-Ouest, 0,80 m de large.


reseau solaireCelui-ci passe sur une partie du siège, ce qui prouve que notre dolmen fut brisé (volontairement ?) au niveau du siège, et probablement redressé par la suite. (Théorie qui n'engage que moi!)

La pierre dans sa structure d'origine voyait le réseau solaire passer pile-poil à l'applomb de celui-ci.          reseau solaire

De plus, l'occupant assis sur le siège se serait trouvé face à l'Est, soleil d'équinoxe ou Etoile de Vénus.

Le réseau passant par le siège est symbolisé sur la pierre à la craie jaune.

boussoleComme nous le démontre la boussole, notre dolmen est aligné sur le Nord.(Très léger décalage dû au déplacement de la terre sur l'éliptique) Ce qui nous indique que notre dolmen fut érigé après 3500 avant J.C. Pour les sceptiques, concernant l'alignement sur le Nord, prière de venir vérifier un soir de ciel étoilé. L'étoile polaire: ALPHA URSAE MINORIS, magnétude apparente + 1,97, apparue dans notre ciel comme telle il y a environ 3500 ans, ayant remplacé THUBAN ( a DRACONIS), vous permettra de constater que notre pierre est belle et bien face au Nord, avec un tout petit décalage.

boussoleTemple païencroix gravée qui fut christianisé comme nous le prouve cette croix gravée à même le dolmen.     

Ces pierres ne peuvent en aucun cas être classées comme druidiques, mais plutôt néolithique (5200 -2200 avant J.C). Nous sommes en période du chalcolithique final du Vivarais entre 3000 et 2500, l’occupation de la grotte entre 2800 et 2600 avant J.C, je date quant à moi le dolmen vers 2450 avant J.C.

Cela permet de constater qu’il n’y a rien de naturel dans la façon dont repose la table de pierre sur les blocs.

Nous sommes sur un lieu de culte, sont concernés la lune et Vénus. On entend très souvent dire que les sites mégalithiques sont alignés sur Orion. Ils sont avant tout en accord avec Vénus. Les gens du néolithique avaient une connaissance poussée du cosmos. L’orientation des pierres n’est absolument pas le fait du hasard.

Cette pierre a traversé les siècles, faite de matériaux gelibles, la pluie, le vent, le gel l’ont un petit peu malmenée.

L’homme du néolithique possédait une connaissance du cosmos particulièrement poussé, j’en veux pour preuve ce qu’Alexander Thom a nommé le Yard Mégalithique. Egalement de l’art du sourcier, car en étudiant le plan du relevé des courants d’eau souterrains du dolmen, je trouve exactement ce que Charles Diot décrit dans son ouvrage « Les sourciers et les monuments mégalithiques ».